En France, il existe plusieurs écoles de jeux vidéo comme Benjamin-Cnam, Isart Digital, Supinfogame-Rubika. Celles-ci font partie d’ailleurs des meilleures bien qu’il en y ait d’autres aussi qui méritent un regard.

Ce jeudi, la Paris games week a ouvert ses portes à la porte de Versailles de Paris. A cette occasion le Figaro Étudiant a fait le bilan annuel des meilleures formations pour entrer dans les studios de production les plus prestigieux.

Pour faire ce classement plusieurs producteurs de jeux vidéo ont été questionnés Asobo studio, The game bakers et autres… afin de savoir quelles sont les écoles qu’ils préfèrent et celles où ils vont recruter des designers.

Plusieurs critères ont été proposés tels que les campus à l’étranger, le fait de pouvoir suivre des études en alternance, faire reconnaître des diplômes par le SNJV (Syndicat national du jeu vidéo).

Le même trio qu’en 2015

Dans ce classement, la première école est Supinfogame-Rubuka, une place que l’école avait occupé l’année passée favorisée par la performance de ses étudiants en entreprise. « Ils ont des élèves dont la formation répond au marché.

L’école à démontrer sa réputation en gagnant plusieurs prix au niveau mondial » souligne Aurélie Belzanne, de chez Asobo Studio.

A part le fait, d’être apprécié dans le secteur comme le montre son affiliation au syndicat des jeux vidéo, cet établissement dispose de toutes les chances d’une formation d’excellence, car il organise des échanges Erasmus, un campus en Inde.

Plusieurs employés designers

L’Isart Digital basé dans la capitale française garde la seconde place du classement avec l’Enjmin. Très apprécié par les studios de jeux vidéo, cet établissement dispose d’un campus à Montréal et collabore avec la Tokyo University of technology. «De L’Isart sortent d’excellents designers de jeux », précise Oskar Guilbert, patron de Dontnod. Ce sont de bons créateurs et de bons dessinateurs. Ce qui fait que nous avons dans notre studio une majorité de designers, ce qui n’est pas hasardeux ».

Basé à Angoulême, l’Enjmin se retrouve à la deuxième place comme l’Isart Digital « Quand les étudiants entrent dans l’Enjmin, les étudiants suivent pendant trois ans des études dans un domaine complémentaire, mais déjà 3 années d’études dans un domaine différent du jeu vidéo, mais additionnel » explique Emeric Thoa, le créateur du studio The game bakers.