Ubisoft compte se passer de la narration et proposer une nouvelle expérience aux joueurs. Alors que la narration occupait une place importante dans la production de jeux vidéo, certaines firmes spécialisées dans la production de jeu vidéo veulent évoluer vers de nouvelles solutions. Géant du jeu vidéo français, troisième au monde, Ubisoft se lance progressivement sur ce créneau comme on le voit avec ses derniers jeux.

D’ailleurs, Serge Hascoët directeur du département créatif central de l’éditeur soutien cette nouvelle stratégie. Il déclare que son entreprise se lancera dans les jeux qui s’éloigneront de la narration classique, un choix franchement affirmé.

En fait, Ubisoft veut profiter de son expérience dans les jeux et diversifié ses contenus, alors que la narration est très appréciée par les joueurs. « Quand je réalise un jeu qui se passe à San Francisco, il faut qu’il soit accessible à ma mère pour qu’elle s’amuse, jouer à un jeu de bateau, d’hélicoptère ou encore de moto. Les gens qu’on y rencontre, doivent être attirants et qu’ils soient à l’aise. Par la suite, il faut que le joueur y trouve du plaisir ».

Il ajoute encore que les joueurs doivent être capables de rédiger leurs canevas dans le jeu sans se basé sur la narration créée par l’éditeur. « Je ne souhaite pas que le joueur soit victime de l’histoire imaginée par une personne. Je préfère qu’on laisse les joueurs rédiger leur propre histoire ».

On peut reconnaître le nouvel axe choisi par la firme, surtout avec ses récentes production qui ont essuyé des critiques leurs insuffisances scénaristiques.

Ce choix est également motivé par une stratégie marketing comme l’indique Serge Hacoët dans l’entretien : « les ventes des jeux ont baissé. Et on remarque que les jeux où on a la possibilité de parler librement sont préférés ». Ainsi, Ubisoft se rendent compte de la réalité du marché et voudrait changer de cap au moment où Vivendi possède 24% de son capital.